Le Département de l’environnement et l’Administration de l’environnement (AEV) vont organiser une large campagne de mesurage de la qualité de l’air ambiant à échelle nationale en collaboration avec 36 communes participantes et myenergy au cours de l’année 2018. Plus concrètement, il s’agit d’une campagne de mesurage nationale du NO2 par tubes passifs (moyenne annuelle)  dans le contexte du programme national de la qualité de l’air et du "Klimapakt  Loftqualitéit".

Quel est le but de cette campagne de mesurage ?

La campagne vise à :

- sensibiliser et à informer les communes et leurs habitants sur la qualité de l’air dans leur communes respectives,

- motiver les communes de contribuer à améliorer leur qualité de l’air,

- faire preuve des efforts entrepris par les communes en vue de communications futures.

 

Le projet permet d’obtenir des données de la qualité de l’air comparables au niveau national du fait que :

- Toutes les communes utilisent le même dispositif de mesurage commandé par l’Administration de l’environnement auprès du "LUBW" (Landesanstalt für Umwelt, Messungen und Naturschutz Baden-Würtemberg) via une commande unique.

- Les agents communaux ont tous participé à la même formation.

- Chaque point de mesure respecte les règles d’implantation prévues par la directive 2008/50/CE relative à la qualité de l’air ambiant.

Les communes participantes auront une évaluation précise de l’état de leur qualité de l’air durant la période d’analyse. En plus, elles peuvent profiter des modèles affinés de l’AEV dans les années à venir. Finalement, elles peuvent obtenir des points pour le "Klimapakt-Loftqualitéit.

 

Comment le projet se déroule-t-il ?

Le projet se déroule en deux phases, dont la première phase aura lieu du 10 janvier au 04 avril 2018. 98 points de mesurages ont été retenus et en total 588 échantillons seront analysés par un laboratoire durant cette période.

Chaque commune a été responsable du choix des points de mesure sur leur territoire.

L’Administration de l’environnement a formé les agents en charge de la mise en place des tubes passifs et organise la distribution, la collecte et l’envoi des tubes aux communes. Ces tubes font l’objet d’une commande unique de l’Administration de l’environnement afin d’assurer la comparabilité des dispositifs de mesure. En plus ceci permet de réduire les coûts pour les communes.

Toutes les deux semaines, l’agent communal formé s’occupe du changement des tubes passifs et remplit le protocole de mesurage. La commune est alors en charge de la transmission des tubes à l’Administration de l’environnement.

Cette dernière est en charge du traitement des données d’analyse et de l’envoi des données aux communes.

Dans une seconde phase du 04 avril au 12 décembre 2018, une évaluation des 1ers résultats permettra de limiter les analyses aux endroits qui montrent une évolution ou une concentration plus importante en NO2. Selon les prévisions de l’AEV, environ 36 points de mesurages seront retenus et 684 échantillons seront analysés durant cette phase.

 

Contexte

Le projet s’intègre dans le contexte du programme national de la qualité de l’air adopté en juin 2017 dont la mise en œuvre consiste notamment dans

- la mise à jour de la modélisation des hotspots en NO2 mesurés,

- des mesurages aux hotspots, et

- l’élaboration d’une "App" Qualité de l’air basée sur un indice géo-localisé.

La campagne de mesurages du NO2 implique les communes en intégrant la qualité de l’air dans le "Klimapakt" avec l’organisation d’une large campagne de mesurage commune et nationale.

Notons que la commune de Hesperange est la première commune ayant obtenu en 2017 la certification complémentaire "Klimapakt Loftqualitéit".

 

Source : gouvernement.lu