L’électricité et l’hydrogène sont apparemment deux sources “clean” de carburant*, mais qui va l’emporter pour les voitures de demain?

Nous allons essayer d’apporter certains éléments de réponse et dévoilons déjà une partie de la conclusion avec une réponse de Bretons. Cela dépendra avant tout de l’utilisation qui sera faite de la voiture et aussi fortement des investissements des gouvernements qui pourront vouloir préférer l’une plutôt que l’autre source d’énergie.

Aujourd’hui ce sont clairement les véhicules électriques qui sont devant, du moins en ce qui concerne les chiffres d’immatriculations. Leur part de marché est de l’ordre d’1% (exception faite de la Norvège ou le % est bien plus élevé, oui ce pays est exportateur d’électricité clean). Par contre leur progression en termes de ventes est pratiquement exponentielle. En 2015, 500 000 véhicules électriques ont été produits et Toyota a produit 700 modèle à hydrogène.

 

Basse du prix des batteries

D’après nos lectures, l’électrique va continuer à progresser, d’une part par la volonté des gouvernements de favoriser ce type de motorisation et d’autre part au vu de la baisse du prix des batteries. Actuellement, le prix batterie du kWh est de l’ordre de 350$ et devrait baisser à environ 100 à l’horizon 2030.

 

Deux utilisations différentes

Ces deux types de motorisation seront à nos yeux positionnés sur des créneaux différents. La voiture électrique est idéale en zone urbaine et suburbaine. Pas de bruit (sauf celui du roulement et un léger sifflement du moteur en phase d’accélération) et une autonomie réduite de l’ordre de 150 à 300 kilomètres, sauf à placer des centaines de kilos supplémentaires de batteries, ce qui n’est assurément pas très écologique. La voiture à hydrogène, encore très chère actuellement au vu des petites séries en production, dispose d’une autonomie plus élevée (entre 300 et 650 kilomètres) avec un plein et serait donc idéale pour les plus longues distances et pour les transporteurs...

 

Recharge et plein

Un autre point à considérer est le temps de recharge, il est relativement élevé pour l’électrique, même un super-chargeur demande environ 20 à 30 minutes pour une charge de 80%, alors que l’hydrogène ne demande que quelques minutes. Il faudra aussi disposer d’assez de points de recharge pour l’électrique. Le Luxembourg dispose dans ce domaine d’un programme assez ambitieux. Nous verrons si les stations-service s’y mettent également et si les particuliers et les entreprises dédient une partie de leur budget de mobilité à l’installation de prises de recharge. En ce qui concerne l’hydrogène, les possibilités de faire le plein sont encore très limitées en Europe, le coût d’installation étant lui relativement élevé.

Nous verrions très bien l’électriques pour les utilisations en zones urbaines avec un réseau dense de chargeurs et super-chargeurs et l’hydrogène pour les plus longs trajets avec des stations le long des grands axes. Nous prévoyons ce type de développement, car il sera difficile et couteux de développer en plus des stations-service à combustible classique (essence, diesel et gaz naturel) des stations électriques et à hydrogène à chaque coin de rue.

 

La circulation en 2025

Les prévisionnistes nous indiquent qu’à l’horizon 2025, une voiture électrique pourra être au prix d’une voiture à combustion classique, ce sera alors une très bonne chose d’autant plus que la maintenance d’un moteur électrique est moins couteux que celle d’un moteur essence ou diesel. Les garages devront donc s’équiper et se réorganiser. L’Etat quant à lui devra trouver (nous ne nous faisons pas de soucis à ce sujet!) une façon de compenser les baisses de recettes liées à la chute de consommation des carburants fossiles. Nous aurons d’ici 2025 probablement tous un “mouchard” implanté dans notre voiture. Notre smartphone sera automatiquement débité à chaque trajet en fonction des kilomètres parcourus, de l’heure et du nombre de passagers. Nous roulerons aussi à la queue leu leu en conduite quasi autonome, comme dans un train personnel. La voiture deviendra alors un objet de mobilité et plus uniquement un objet de plaisir et de statut social.

 

Loud Pipes

 

*Pour autant que la productuion d’électricité et d’hydrogène ne soit pas réalisée en utilisant des carburants fossiles.


Publié le 03 juillet 2017