dimanche, mars 3, 2024
AccueilAgricultureAgriculture. Défis de l'installation en Bretagne : les agriculteurs font face à...

Agriculture. Défis de l’installation en Bretagne : les agriculteurs font face à une pression foncière grandissante.

Face à la pression foncière en Bretagne, l’installation en agriculture devient un défi complexe. La quête de terres agricoles se heurte à des obstacles tels que l’inadéquation entre l’offre et la demande, la concurrence accrue et un panorama diversifié de profils et de projets parmi les candidats.

En 2023, le point accueil installation en Bretagne a été sollicité par 317 individus en quête de terres, chacun présentant des profils et des projets variés, mais tous confrontés à la réalité d’une recherche foncière ardue. Marie-Isabelle Le Bars, chargée de mission installation et transmission à la chambre régionale d’agriculture, souligne la complexité du suivi de ces demandes, allant de ceux qui n’aboutissent pas à ceux qui s’installent sans assistance, changent d’avis ou déménagent.

Actuellement, la chambre régionale d’agriculture enregistre pas moins de 773 demandes de candidats à la recherche de terres, réceptionnées au cours des années 2022 et 2023. Cependant, le défi persiste, marqué par un décalage significatif entre l’offre et la demande. Marie-Isabelle Le Bars observe ce paradoxe, caractérisé par un manque de foncier pour certains candidats, contrastant avec un manque de candidats pour certaines parcelles disponibles.

Ce déséquilibre se manifeste également dans la mobilité variable des porteurs de projets, avec de nombreuses demandes concentrées autour des villes et en zone côtière. L’accent est mis sur les requêtes en végétal, souvent associées à de petites surfaces, tandis que de nombreuses offres de reprise d’élevage restent sans réponse. De plus, la faible demande d’installation en association soulève des questions sur les coûts potentiels liés à une reprise, tels que la transformation ou la mise aux normes des bâtiments, ainsi que la rentabilité des exploitations à reprendre.

Un autre aspect souligné par Marie-Isabelle Le Bars concerne le “choc des générations”, un phénomène où les cédants ressentent une divergence potentielle dans les projets lorsqu’ils cèdent leurs exploitations. Cette dynamique complexe entre l’offre de terres et les aspirations des candidats souligne la nécessité de trouver des solutions innovantes pour surmonter les défis croissants de l’installation en agriculture en Bretagne.

Top Infos

Coups de cœur