dimanche, mars 3, 2024
AccueilEnergieDilemme de l'IA : cette célèbre plateforme consomme plus d'énergie qu'une centrale...

Dilemme de l’IA : cette célèbre plateforme consomme plus d’énergie qu’une centrale nucléaire

L’intelligence artificielle est arrivée il y a des décennies pour changer nos vies, mais elle n’a vraiment commencé à le faire qu’en 2022. Le lancement de ChatGPT a été un avant et un après, mais les choses semblent avoir changé. Quelle est la relation entre l’IA et l’énergie ? Eh bien, chaque fois que nous utilisons l’une, nous dépassons les prévisions de l’autre (pour le pire, bien que des projets comme celui-ci en Islande pourraient changer la donne).
L’IA et l’énergie, les deux faces d’une pièce que nous ne comprenons pas encore

L’intelligence artificielle est devenue le Saint-Graal technologique, mais son développement effréné soulève une question cruciale : à quel coût énergétique ? Une étude de l’université de Cornell révèle que l’entraînement de modèles tels que ChatGPT en 2021 a déjà consommé autant d’eau que les centres de données américains de Microsoft en un an.

Ce processus est essentiel pour les IA génératives comme celle d’OpenAI, dont la formation peut consommer plus de 400 mégawattheures (MWh), soit assez pour alimenter 40 foyers américains moyens pendant un an. Cela ne vous semble-t-il pas inacceptable ? En fait, c’est le cas.

L’empreinte énergétique de l’IA ne s’arrête pas là. Chaque fois qu’un outil comme ChatGPT génère des données, il utilise également une quantité importante de puissance de calcul et donc d’énergie. Une analyse montre que son fonctionnement pourrait coûter 564 MWh d’électricité par jour.

ChatGPT consomme autant qu’un pays : la réalité

Les données de la société française Shneider Electric révèlent que l’IA consomme déjà 4,3 GW d’énergie au niveau mondial, soit l’équivalent de la consommation de certains petits pays. L’adoption rapide de l’intelligence artificielle, qui privilégie la rentabilité économique à l’impact écologique, est préoccupante.

On estime que d’ici 2028, la consommation pourrait atteindre 20 GW, soit une croissance de 36 %. Les centres de données, chargés d’alimenter le développement de l’IA, sont la principale cause de la pénurie qui, bien que nous ne la percevions pas encore, est de plus en plus imminente.

Une requête ChatGPT coûte trois fois plus cher qu’une recherche Google, selon plusieurs cabinets de conseil spécialisés. En fait, elle coûte plus cher que de laisser l’ordinateur allumé pendant une heure entière (si l’on ajoute le coût de l’entraînement de cet outil d’IA générative).

Le coût de l’énergie en ce sens est plus élevé que dans de nombreux pays, en particulier les pays européens de taille moyenne et la plupart des pays d’Asie du Sud, d’Afrique ou d’Amérique centrale et du Sud. De toute évidence, il est également beaucoup plus élevé que dans les États insulaires d’Océanie.

Des centrales nucléaires pour continuer à utiliser l’IA ? Voici la proposition

Le dilemme s’aggrave, et certaines propositions évoquent des solutions extrêmes. Selon Sergey Edunov, du Meta, il suffirait de deux réacteurs nucléaires pour répondre à la demande générée par les applications de l’IA d’ici à l’année prochaine. Les centrales nucléaires émettent une énergie propre et sûre, mais des doutes subsistent quant à leurs performances.

En fait, le problème n’est pas le coût de l’IA aujourd’hui, mais ce qu’elle coûtera à moyen terme (ou même à court terme, si nous sommes réalistes). Une question que l’humanité n’a pas encore pu résoudre est celle du traitement des déchets nucléaires, qui polluent pendant quelque 24 000 ans.

Des entreprises telles que Meta et Microsoft envisagent déjà l’énergie nucléaire comme une alternative pour alimenter la voracité de l’IA. Bien qu’il s’agisse d’une option controversée, elle pourrait être une mesure nécessaire pour assurer un approvisionnement énergétique suffisant. Sommes-nous prêts à accepter ce compromis ?

Comme vous pouvez le constater, les temps sont durs pour l’IA et l’énergie, qui n’ont pas encore appris à coexister dans notre mode de vie. La surutilisation de la première entraînera une consommation de la seconde que nous pouvons encore nous permettre. Mais que se passera-t-il lorsqu’elle augmentera de manière exponentielle ? Peut-être faudra-t-il recourir à de nouvelles solutions, comme cette éolienne en bois.

Top Infos

Coups de cœur