lundi, mai 27, 2024
AccueilEnergieL'hydrogène turquoise, extrait du méthane, n'émet pas de CO2 et est moins...

L’hydrogène turquoise, extrait du méthane, n’émet pas de CO2 et est moins cher que l’hydrogène vert

Bien que l'hydrogène soit un gaz inodore, dans le contexte industriel, on lui attribue un code couleur en fonction de la source d'énergie utilisée pour sa production. L'hydrogène turquoise devrait être commercialisé en 2026.

Dans des conditions normales de température et de pression, l’hydrogène gazeux n’a pas de couleur visible. Cependant, dans des contextes spécifiques, notamment dans les applications industrielles, des codes de couleur sont utilisés pour indiquer son origine. Pour obtenir un combustible utilisable, l’hydrogène doit être soumis à différents processus afin de le séparer d’autres éléments. Cela se fait par la décomposition de molécules d’eau (H₂O) ou de méthane (CH₄).

Parmi les différentes variantes, l’hydrogène vert se distingue comme étant le plus durable. Il est obtenu en utilisant l’énergie excédentaire pour l’électrolyse de l’eau à partir de sources renouvelables telles que l’énergie éolienne et solaire. Il représente actuellement moins de 1 % de la production totale d’hydrogène, selon l’Agence internationale de l’énergie (AIE). Une entreprise japonaise a choisi d’utiliser le méthane pour fabriquer de l’hydrogène à partir du méthane : l’hydrogène turquoise.

Qu’est-ce que l’hydrogène turquoise et pourquoi est-il si important ?

L’hydrogène turquoise est produit à partir du méthane contenu dans le gaz naturel et le biogaz par un processus de décomposition appelé pyrolyse de métaux fondus. Au cours de ce processus, le gaz naturel traverse le métal fondu, libérant de l’hydrogène et du carbone solide, ce qui permet d’éviter les émissions polluantes de CO2.

Le fabricant japonais de machines industrielles Ebara, qui fabrique des pompes et d’autres équipements pour les systèmes à hydrogène, met au point une nouvelle méthode de production d’hydrogène turquoise. Il vise à la commercialiser vers 2026, en tirant parti de la tendance mondiale à la décarbonisation.

Le processus actuel de production d’hydrogène turquoise extrait à la fois l’hydrogène et le carbone dans un seul réacteur. Toutefois, Ebara a l’intention de les extraire séparément pour obtenir différents types de carbone solide sans affecter la production d’hydrogène. Le carbone solide a de multiples applications, allant du renforcement des pneus avec du noir de carbone à l’utilisation de fibres de carbone dans les voitures et les avions.

Ce type d’hydrogène peut présenter certains avantages par rapport à ceux qui sont considérés comme plus respectueux de l’environnement. La production d’hydrogène vert, généré à partir de sources d’énergie renouvelables, ou d’hydrogène bleu, qui implique l’extraction de combustibles fossiles et utilise la technologie de capture et de stockage du carbone pour atténuer les émissions de dioxyde de carbone, est coûteuse en raison de la quantité d’énergie nécessaire. En outre, la difficulté de mettre en place les installations de stockage du carbone nécessaires reste un obstacle pour l’hydrogène bleu.

C’est pourquoi l’hydrogène turquoise a été présenté comme une solution moins coûteuse pour produire un carburant sans carbone, en fonction de la source d’électricité utilisée dans le processus de chauffage du méthane.

En 2022, Ebara a lancé ce projet commercial sur l’hydrogène, supervisé directement par le président de l’entreprise. L’entreprise considère que l’hydrogène turquoise est essentiel à son objectif de contribuer à une “société durable”. L’entreprise basée à Tokyo a établi des collaborations avec l’Institut national des sciences des matériaux, l’université de Shizuoka et le fabricant de matériaux Taiyo Koko. Le projet a été commandé par la New Energy and Industrial Technology Development Organisation, soutenue par le gouvernement japonais.

 

Top Infos

Coups de cœur