dimanche, mars 3, 2024
AccueilActualitéLe monde est complexe, et plus encore avec une flotte russe invisible...

Le monde est complexe, et plus encore avec une flotte russe invisible pour distribuer le pétrole

En 2024, le commerce du pétrole russe est devenu moins transparent, moins sûr et plus difficile à contrôler.

Dans le labyrinthe de la géopolitique mondiale, la distribution du pétrole russe représente un casse-tête de plus en plus complexe, notamment en raison de l’émergence d’une flotte “invisible” de navires pétroliers. Cette flotte, opérant dans les ombres des réglementations internationales, souligne non seulement l’ingéniosité des stratégies de contournement des sanctions mais aussi les défis croissants auxquels sont confrontées les politiques énergétiques et environnementales mondiales.

Une flotte conçue pour l’ombre

La mise en place de sanctions économiques strictes par les États-Unis, l’Union européenne et d’autres acteurs internationaux a poussé la Russie à trouver des méthodes innovantes pour maintenir ses exportations de pétrole. Au cœur de cette stratégie se trouve une flotte de navires qui, grâce à une série de tactiques élaborées, réussit à échapper aux contrôles habituels du commerce international. Cette flotte permet à la Russie de continuer à alimenter certains marchés, malgré les tentatives occidentales de restreindre ses revenus énergétiques.

La “flotte grise”, constituée depuis l’invasion.

En fait, des acheteurs anonymes ont dépensé environ 3,8 milliards de dollars pour 187 pétroliers depuis le début de la guerre.

En novembre, la flotte grise a représenté pour la première fois plus de la moitié des exportations de pétrole de la Russie occidentale, selon les données de Kpler. Les navires de la flotte grise et de la flotte noire, parfois collectivement appelés “flotte fantôme”, utilisent des structures de propriété opaques, avec des itinéraires passant par des juridictions offshore où le secret d’entreprise est de rigueur, afin de compliquer l’application des sanctions à l’encontre des propriétaires réels.

L’objectif de l’Occident était d’étouffer la Russie sur le plan économique. En effet, si la Russie n’était pas autorisée à vendre du pétrole brut à plus de 60 dollars, les bénéfices tirés de chaque baril de brut exporté diminueraient. Poutine s’y était préparé à l’avance.

Selon Bloomberg, “ces entreprises ont constitué une flotte d’au moins 270 pétroliers, la plupart achetés à des entreprises occidentales qui, sinon, les auraient probablement vendus à la casse”.

Pétroliers impliqués dans le transport du pétrole brut russe (Source : Bloomberg – “How an Aging Armada and Mystery Traders Keep Russian Oil Afloat” (Comment une armada vieillissante et des négociants mystérieux maintiennent le pétrole russe à flot).

L’article de Bloomberg intitulé “How an Aging Armada and Mystery Traders Keep Russian Oil Afloat” décrit le transfert entre l’Amber 6 et le Catalina 7 le 21 février 2023 dans les eaux internationales (à environ 40 milles à l’est de Ceuta). Un transfert de 730 000 barils de pétrole qui a duré plus de 30 heures.

Comment fonctionne cette flotte invisible ?

Les opérations de cette flotte se caractérisent par leur discrétion et leur complexité. Les navires impliqués dans ces échanges éteignent fréquemment leurs systèmes d’identification automatique (AIS), rendant leur traçabilité difficile. Les transferts de cargaison en haute mer, d’un navire à l’autre, permettent de masquer l’origine du pétrole, facilitant ainsi son entrée sur des marchés sensibles aux sources d’approvisionnement. Ces pratiques, bien que techniquement légales dans certains cas, posent des défis significatifs pour l’application des sanctions internationales.

Les implications géopolitiques

L’efficacité de cette flotte invisible met en lumière les limites des sanctions économiques comme outil de politique étrangère. Alors que les sanctions visent à isoler économiquement la Russie et à réduire ses capacités à financer son appareil militaire, la réalité du commerce mondial de pétrole et la dépendance de nombreux pays à l’énergie russe compliquent cette ambition. Cette situation révèle la complexité des interdépendances économiques globales et la difficulté de déconnecter rapidement et efficacement les réseaux énergétiques établis.

Vers une nouvelle ère énergétique ?

La révélation de l’existence et du succès de la flotte russe invisible incite à une réflexion plus large sur l’avenir de l’énergie mondiale. Elle souligne l’urgence d’accélérer la transition vers des sources d’énergie renouvelables et moins dépendantes des dynamiques géopolitiques volatiles. L’innovation technologique, couplée à une coopération internationale renforcée, apparaît comme essentielle pour surmonter les défis posés par les combustibles fossiles et pour avancer vers une sécurité énergétique durable et respectueuse de l’environnement.

La situation actuelle, avec ses flottes invisibles et ses jeux d’ombre, pourrait bien être un catalyseur pour un changement significatif dans la manière dont le monde aborde la question de l’énergie. En reconnaissant les limites des approches traditionnelles et en embrassant les possibilités offertes par les technologies vertes, il est possible de repenser les fondements de notre système énergétique mondial. Ce faisant, nous pouvons non seulement répondre aux défis immédiats posés par les sanctions et les contournements, mais aussi œuvrer pour un avenir énergétique plus stable, plus sûr et plus durable.

Top Infos

Coups de cœur