lundi, juillet 15, 2024
AccueilActualitéL'industrie en Allemagne et en France est " au point mort ",...

L’industrie en Allemagne et en France est ” au point mort “, l’Europe du Sud soutient le secteur

L'industrie de la zone euro est complètement à l'arrêt. L'indice PMI de mars, publié mardi par S&P Global, laisse entrevoir un présent et un avenir à court terme plutôt léthargiques, avec une clôture à 46,1, contre 45,6 le mois précédent. La ligne en dessous de 50 indique une contraction. Il s'agit du plus mauvais résultat depuis trois mois, mais du meilleur depuis près d'un an.

De manière assez surprenante, les mauvais élèves de la zone euro sont l’Allemagne et la France, dont les résultats suggèrent qu’ils sont désormais les principaux freins à l’industrie de la zone monétaire commune. Plus précisément, l’indice français a clôturé le mois dernier à 46,2 points et l’indice allemand à 41,9.

C’est donc dans le sud du Vieux Continent que se trouve le pilier de l’industrie européenne. Il s’agit plus précisément de l’Espagne et de l’Italie, dont les indices se sont légèrement améliorés, tout en restant supérieurs à 50 points dans les deux cas. L’Espagne a terminé à 51,4, son plus haut niveau depuis 20 mois, et l’Italie a clôturé le mois de mars à 50,4. Mais le cas le plus surprenant est celui de la Grèce, dont l’indice PMI s’est établi à 56,9.

Le rapport de S&P note que, malgré la contraction, le secteur secondaire européen a montré “de nouveaux signes de dynamisme positif”, la production et les nouvelles commandes restant sur des trajectoires ascendantes. La production s’est établie à 47,1, contre 46,6 en février, et les commandes et les délais de livraison se sont nettement raccourcis.

Dans le même temps, la confiance des entreprises a atteint “son niveau le plus élevé depuis près d’un an, mais les prévisions de croissance sont restées relativement faibles”, selon le rapport. Tout cela a eu un impact significatif sur l’emploi dans les usines.

L’hydrogène, carburant du futur : Un nouveau chapitre pour le camionnage et l’aviation

L’économiste en chef de la Hamburg Commercial Bank, Cyrus de la Rubia, a déclaré dans l’analyse que tout cela est “un peu décourageant”. Selon lui, le secteur manufacturier de la zone euro “tourne normalement à plein régime”, en référence aux quatre grandes économies de la monnaie commune : l’Allemagne, la France, l’Italie et l’Espagne. “Ensemble, elles représentent les trois quarts de l’industrie manufacturière de la zone euro. Mais bien sûr, la situation que nous connaissons actuellement “est inhabituelle”, car “deux cylindres, l’Allemagne et la France, sont plus ou moins hors service”.

En revanche, l’Espagne et l’Italie semblent être les moteurs de l’industrie européenne, mais M. De la Rubia est très clair : “Jusqu’à présent, cela ne suffit pas pour que la zone euro dans son ensemble retrouve le chemin de la croissance. On ne peut s’attendre à une reprise économique durable que lorsque tous les cylindres se seront remis en marche”.

Le passage à l’étape suivante “ne s’est donc pas encore concrétisé, en grande partie à cause de la sous-performance des industries allemande et française”. Le secteur manufacturier devrait donc rester en récession pendant plusieurs mois, ce qui pèsera sur la croissance de la zone euro ce trimestre, qui restera également en territoire de récession.

Dans le cas spécifique de l’Espagne, S&P note dans son rapport que la production a augmenté à son rythme le plus élevé depuis un an, tandis que les commandes ont augmenté pour le deuxième mois consécutif dans un contexte de demande extérieure qui montre des signes de fermeté. Cela a conduit les entreprises espagnoles à augmenter leurs volumes d’achat et à embaucher davantage de personnel.

“Si l’on considère le secteur manufacturier et l’indice PMI, notre estimation du PIB en temps réel calcule un taux de croissance solide de 1 % au premier trimestre, un chiffre dont la zone euro ne peut que rêver”, note Cyrus de la Rubia, économiste en chef à la Hamburg Commercial Bank.

L’or renoue avec ses plus hauts niveaux historiques et s’approche des 2 300 dollars l’once

Des moteurs grippés

La France et l’Allemagne sont embourbées dans une crise à tous les niveaux et, tant qu’elles ne se redresseront pas, les économies de la zone euro et de l’Union européenne resteront à mi-régime. L’institut Ifo lui-même a déclaré que l’économie allemande était “malade”. Dans ses prévisions de printemps, il a revu à la baisse la croissance de la locomotive de l’Europe. Plus précisément à 0,1 %. Le gouvernement fédéral d’Olaf Scholz a également revu ses prévisions à la baisse, mais à 0,2 %. Le ministre des finances Robert Habeck a lui-même déclaré que les perspectives étaient “terriblement mauvaises”.

Pour sa part, la France a plusieurs problèmes à résoudre dans son économie. La situation budgétaire est totalement hors de contrôle, avec un découvert dans ses comptes de 154 milliards d’euros, ce qui représente 5,5 % de son économie. La dette, quant à elle, dépasse 110,6 % du PIB. La baisse des recettes publiques et la contraction des dépenses sont à l’origine de ce désordre comptable. L’économiste en chef pour la France et la Suisse chez ING Economics, Charlotte Montpellier, a déclaré que la France “sera parmi les pays ayant la plus mauvaise situation budgétaire de l’UE”.

De plus, les prévisions de croissance pour la France ont été revues à la baisse par toutes les organisations internationales, alors que le gouvernement espère toujours une croissance du PIB de 1,4 %. Mais l’Institut français de la statistique et des études économiques (INSEE) lui-même s’attend à une croissance nulle au premier trimestre et à une clôture du deuxième trimestre à 0,3 %. “Cela entraînerait un effet d’entraînement de 0,5 % au milieu de l’année”, prédit l’expert d’ING. Par conséquent, atteindre une croissance de 1% à la fin de l’année impliquerait “une croissance trimestrielle moyenne de 0,8% aux troisième et quatrième trimestres, ce qui semble très improbable”.

Globalement, les experts s’attendent à un redressement de la situation “au second semestre”, même si tout dépendra de l’évolution de la situation géopolitique et de la tension dans les chaînes d’approvisionnement. Dans le même temps, l’Allemagne doit réformer ses règles fiscales afin de rendre son industrie plus compétitive.

Top Infos

Coups de cœur